Elections municipales Guadeloupe : Enjeux et forces en présence au second tour.


Elections municipales Guadeloupe : Enjeux et forces en présence au second tour.

Article
Accueil Télé Gwadloup
 
| Télé Gwadloup | Elections Municipales 2020 | Guadeloupe  Vu 16467 fois
Article N°24213

Elections municipales Guadeloupe : Enjeux et forces en présence au second tour.

C’est ce dimanche 28 juin 2020 qu’aura lieu le second tour des élections municipales, initialement prévu le 22 mars, mais reporté en raison de la crise sanitaire lié à la pandémie du coronavirus. La campagne électorale, ouverte depuis le 15 juin, sera close ce samedi 27 juin, à minuit. Compte tenu de la crise sanitaire encore d’actualité, les candidats des 52 listes en présence ont dû adapter leurs opérations de propagande. Les traditionnels meetings ont été quelque peu délaissés au profit de la communication digitale, déjà très présente avant le premier tour et qui est amenée à s’imposer à tous dans les années à venir. Tout comme le vote électronique finira par prendre le pas, dans un futur peut-être pas très lointain, sur le traditionnel déplacement dans les bureaux. Nous n’en sommes évidemment pas encore là et les électeurs amenés à élire leurs conseillers municipaux dans les 20 communes dont le premier tour n’a pas été conclusif, seront invités se déplacer, ce dimanche, de 8 à 18 heures, pour accomplir leur devoir électoral. Leur mission : élire à la majorité relative un conseil municipal pour six ans.

 
A défaut de pouvoir se rendre physiquement au bureau de vote, l’électeur a la possibilité de voter par procuration.
Il est proposé à l’électorat neuf duels, dix triangulaires et une quadrangulaire.

PS, GUSR, Chalus et les autres.

Ce scrutin sera marqué par la mainmise des grands courants politiques actuels, derrière leur leader : Victorin Lurel, avec les candidats de la Fédération guadeloupéenne du parti socialiste (PS) ; Guy Losbar, pour les candidats de Guadeloupe unie solidaire et responsable (GUSR) et Ary Chalus, aux côtés des conseillers régionaux de sa majorité, parmi lesquels de nombreux candidats GUSR.
Aussi, les autres partis apparaissent sous-représentés :
– le Parti communiste guadeloupéen compte sur Victor Arthein, à Port-Louis, et Jacques Kancel, à Sainte-Anne, pour sauver les couleurs ;
– Croire en la Guadeloupe a encore en lice Marie-Eugène Trobo-Thomaseau aux côtés de Loïc Martol à Pointe-à-Pitre, et Luc Adémar à Gourbeyre ;
– La France insoumise a une belle opportunité avec Sylvain Souchit sur la liste de Joël Beaugendre, à Capesterre Belle-Eau ou encore Yanetti Paisley et Roland Gendrey sur la liste d’André Atallah à Basse-Terre ;
– le Parti progressiste et démocratique de la Guadeloupe est représenté par Sophie Péroumal, à Saint-François, Jacques Bangou, à Pointe-à-Pitre, et Christian Baptiste à Sainte-Annne ;
– Les Républicains restent présents avec Sonia Pétro, sur la liste d’André Atallah, à Basse-Terre ; le Parti socialiste guadeloupéen, affiche avec son secrétaire général, Medhy Keïta, un des éléments moteur de la liste de Jacques Bangou.

Stratégies à visée lointaine.

Compte tenu de ces éléments, ce scrutin s’articulera autour de quelques points clés.
Le premier concerne les rivalités PS/GUSR. Elles ont pour terrain d’action neuf communes : Saint-FrançoisMorne-à-l’EauBaillifTerre-de-BasSaint-LouisSainte-RoseDeshaies mais également Pointe-à-Pitre et Sainte-Anne, aux côtés le PPDG de Jacques Bangou et de Christian Baptiste. Dans ces communes, les deux organisations se livrent à une lutte sans merci afin de remporter le maximum de mairies.
Il faut aussi retenir l’implication du président Chalus, décidé à contrecarrer les plans socialistes, et plus précisément à affaiblir Victorin Lurel. Cet investissement personnel est visible à Basse-Terre, à Vieux-Habitants et d’une manière générale partout où ses conseillers régionaux sont engagés.
Autre observation, les choix politico-stratégiques du président Chalus sur Port-Louis et surtout sur Gourbeyre, au risque de froisser son vice-président Guy Losbar. Ce dernier a choisi une option différente à Gourbeyre et n’a pas choisi à Port-Louis. Du moins pas officiellement.
Par ailleurs, certaines communes restent à ravir ou à reconquérir, soit par GUSR (Le GosierCapesterre Belle-EauAnse-Bertrand), soit par le PS (Basse-Terre, Port-Louis, Vieux-FortTerre-de-Haut) sans être gêné par la concurrence de la grande rivale. Toutefois, l’adversité est tout aussi sérieuse, notamment sous l’impulsion du président de Région, omniprésent dans cette campagne. Cependant, il peut arriver qu’il se retrouve coincé aux entournures. C’est le cas à Capesterre Belle-Eau, où il n’a pas osé s’immiscer entre deux de ses conseillers régionaux, qui se détestent : Jean-Philippe Courtois et Nita Cérol, en 4e position sur la liste conduite par Joël Beaugendre. C’est aussi le cas à Pointe-à-Pitre, avec Georges Brédent et Marie-Eugène Trobo-Thomaseau, ainsi qu’au Gosier avec Jean-Claude Christophe et Gersiane Galas-Bondot.
Enfin, l’absence des grands partis à Capesterre de Marie-Galante et à La Désirade ne passe pas non plus inaperçue.

D’une commune à l’autre

 
• Pointe-à-Pitre. Le PS n’est pas représenté par une tête de liste, mais son soutien est total en faveur du président du PPDG, Jacques Bangou, son allié de toujours. Le maire démissionnaire entend retrouver son fauteuil pour tenter de redresser la situation financière catastrophique de la ville et poursuivre la rénovation de la ville afin d’enrayer l’exode de la population. Arrivé en tête au premier tour, il met les bouchées doubles face à la liste du tandem Harry Durimel/Tania Galvani, qui a reçu l’investiture de GUSR. C’est une bataille capitale pour le parti de Guy Losbar, mais ce ne sera pas si simple avec la présence d’une autre liste d’alliance, qui compte, avec Loïc Martol et Marie-Eugène Trobo-Thomaseau et leur Projet pointois.
Les trois listes se livrent à un duel sans merci. Tous les yeux seront braqués sur cette ville dimanche soir, à l’heure du dépouillement.
Résultats du 1er tour
 
• Le Gosier. C’est la seule quadrangulaire de ce scrutin. Le premier tour a qualifié quatre listes : celles menées par Cédric Cornet, Jean-Claude Christophe, Patrice Pierre-Justin et Jocelyne Virolan, qui se sont toutes maintenues.
Jean-Claude Christophe et Patrice Pierre-Justin, candidats issus de la majorité sortante, ne sont pas parvenus à s’unir pour ce second tour. En revanche, Yvan Martial et Nadia Célini, également membres de la majorité sortante, ont rejoint Jean-Claude Christophe. Éliminés du premier tour, ils avaient tout de même réussi à conserver la possibilité de fusionner, puisque ayant dépassé les 5 % de suffrages exprimés. Ils ont saisi l’occasion pour ne pas rester hors-jeu. Cette liste a reçu le soutien du maire sortant, Jean-Pierre Dupont, qui termine son dernier mandat. Autre soutien : celui de Patrice Luce, dont la liste avait été disqualifiée avant le premier tour par le tribunal administratif. Cependant, avec la décision de Patrice Pierre-Justin de poursuivre sur sa lancée, la majorité sortante reste toujours divisée. Celui-ci dit avoir tourné le dos à son passé d’élu de l’équipe Dupont, pour déployer le projet qu’il présente aux Gosiériens.
Quant à Cédric Cornet, arrivé en tête au premier tour, il espère bien profiter de cette division de l’équipe sortante. Il continue à mobiliser autour de sa proposition de plan Marshall pour l’eau et de son conseil municipal bénévole. L’idée est de permettre à la commune de faire des économies partout où elle peut et de montrer que son combat est désintéressé financièrement.
Ces trois candidats tête de liste devraient quand même se méfier d’un duo de femmes formé par Jocelyne Virolan et Ghylaine Jeanne, qui espèrent bien créer la surprise, compte tenu de leurs résultats du premier tour : plus de 1 500 suffrages à elles deux. Une bonne base qui leur permet de préparer le rendez-vous de dimanche avec sérénité. Le Gosier avait enregistré plus de 62 % d’abstentions le 15 mars 2020, ce qui fait que cette quadrangulaire reste très ouverte.
Résultats du 1er tour
 
• Sainte-Anne. Christian Baptiste, le maire sortant a raté de peu l’élection au premier tour pour 128 voix, face à quatre candidats. Cette fois, il aura face à lui deux listes d’alliance. L’une conduite par Marlène Captant, qui a réussi à convaincre le candidat de GUSR, Patrick Galas, de se mettre derrière elle, bien que celui-ci soit arrivé avant elle au premier tour. L’autre alliance est conduite par Jacques Kancel, arrivé 2e. Il s’est associé au 5e, Sébastien Gauthier. Ces deux alliances pèsent chacune un peu plus de la moitié des suffrages obtenus par le maire sortant au premier tour.
Résultats du 1er tour
 
• Saint-François. Le maire sortant, Laurent Bernier, a obtenu le soutien du PS à la surprise générale, au détriment des deux candidats du PPDG, son allié dans d’autres communes. Les deux candidats PPDG sont toujours là. Jean-Luc Périan s’est associé à la liste ennemie des Socialistes, celle conduite par Bernard Pancrel, qui a obtenu l’investiture de GUSR. Sophie Péroumal, arrivée en troisième position, avec seulement 88 voix de moins que Bernard Pancrel, croit pleinement en ses chances et sait les défendre sur le terrain. N’ayant pas réussi l’alliance avec son ancien camarade du PPDG, Jean-Luc Périan, elle a mène le combat avec son équipe initiale. Les 387 voix des adversaires non qualifiés restent orphelines, en particulier les 361 obtenues par Christiane Delannay-Clara, qui pouvait fusionner, mais a préféré rester à l’écart et ne donner aucune consigne de vote. Elle a expliqué sa décision dans une vidéo.
Résultats du 1er tour
 
• La Désirade. met aux prises René Noël, l’ancien maire (2001-2014), et Loïc Tonton, le protégé du maire sortant, Jean-Claude Pioche. Ce dernier n’avait pu conduire la liste de la majorité sortante suite à une décision du tribunal administratif, mais il a été bien remplacé par Loïc Tonton, qui est sorti en tête, le 15 mars 2020, avec 41,97 %, devant René Noël. François Saint-Auret, arrivé 3e, s’est retiré, laissant orphelines ses 290 voix. Qui en profitera ?
Résultats du 1er tour
 
• Morne-à-l'Eau. Le maire sortant Philipson Francfort, arrivé en tête au premier tour, avec 1 494 voix, a été rejoint par Bernard Jérul, qui a terminé 5e avec 419 suffrages. Dans une lutte serrée, ça peut compter, si l’électeur suit les consignes bien sûr. Juste derrière, le candidat de GUSR, Jean Bardail, est arrivé en 2e position avec seulement 6 voix de moins que le maire sortant. Pour sa part, le candidat socialiste, Georges Hermin, 3e, n’est pas très loin avec 147 voix de moins que Philipson Francfort. Associé à Guetty Labuthie, de la France insoumise, qui est à créditer d’un bon score avec 938 voix, la victoire est possible.
En somme, tout est possible à Morne-à-l’Eau compte tenu du faible écart entre les candidats et les 7 441 électeurs qui ne s’étaient pas rendu aux urnes au premier tour. Le PS et GUSR suivent de près cette triangulaire.
Résultats du 1er tour
 
• Port-Louis. C’est, avec Gourbeyre, l’autre commune où l’on ne retrouve pas le GUSR et le président Chalus derrière le même candidat. Jean-Marie Hubert pas eu le soutien de GUSR mais obtient celui du président Chalus, face au maire sortant, le communiste Victor Arthein, soutenu par le PS, le PPDG et La France insoumise. En cas de victoire, le conseiller régional de la majorité, arrivé en tête au premier tour, se souviendra sans doute de ceux qui se sont retrouvés à ses côtés dans cette difficile bataille, qu’il a déjà raté en 2014, même après être sorti en tête au premier tour. Cette fois, il a le soutien d’un ancien adversaire, Bernard Cerci, qui s’est allié à lui.
Résultats du 1er tour
 
• Anse-Bertrand. C’est une autre possibilité de victoire pour le parti de Guy Losbar, mais comme ailleurs, ce ne sera pas facile. Devancé par le maire sortant (divers droite), Edouard Delta (1 152 voix) le candidat GUSR, Daniel Moustache (935 voix), n’a pas réussi à convaincre le troisième candidat du premier tour, Yves Nimias, qui avait réuni sur son nom 544 suffrages. C’est un désavantage mais, dans cette commune, tout n’est jamais simple.
Résultats du 1er tour
 
• Sainte-Rose. Triangulaire passionnante dans cette grande commune du Nord Basse-Terre. Claudine Bajazet, arrivée largement en tête malgré huit adversaires, peut y croire. Elle peut compter sur une équipe solidaire et un lieutenant de poids en la personne d’Adrien Baron. Ses anciens colistiers dissidents bien que n’ayant pas atteint leur objectif sont toujours prêts à lui mener la vie dure. N’ayant pas réussi à s’unir avant le premier tour pour construire ensemble un projet alternatif, ils se voient contraints de s’associer aux deux autres listes qualifiées. Celle conduite par Fauvert Savan, a été rejointe par Joseph Séné, tandis que celle menée par le candidat GUSR, Henri Yacou, a reçu le renfort d’Hubert Quiaba. La répartition des 654 voix des quatre autres candidats du premier tour et les 7 924 abstentionnistes (53,95 %) déterminants. On peut, en effet, tabler sur la participation de 20 % de ces abstentionnistes, soit plus de 1 500 votants supplémentaires. C’est la complexité d’avancer un pronostic.
Résultats du 1er tour
 
• Deshaies.  La seule commune à proposer un vrai duel entre le PS et GUSR. Le maire sortant, Jeanny Marc, a raté l’élection au premier tour pour une dizaine de voix. Elle a le soutien du député de la 4e circonscription, Max Mathiasin, longtemps resté son adversaire. Face à elle, le candidat GUSR Fred Goubin veut créer la surprise. Ce serait une sacrée prise pour le parti de Guy Losbar, mais que la bataille s’annonce difficile pour l’adjoint au maire dissident.
Résultats du 1er tour
 
• Basse-Terre. Dans le chef-lieu, Ary Chalus apporte son soutien au maire sortant, sa vice-présidente, Marie-Luce Penchard, en ballotage défavorable. Ce soutien est donc bien venu pour la fille de Lucette Michaux-Chevry, face à un fidèle de Victorin Lurel, André Atallah, qui s’est associé aux listes de Sonia Petro et de Brigitte Rodes.
Arrivé en tête au premier tour, le Dr Atallah est dans une dynamique favorable. La crise sanitaire a permis à Marie-Luce Penchard de se montrer davantage sur le terrain et de bien médiatiser ses actions auprès des personnes fragiles et cela peut compter quand l’électeur aura à faire son choix. Avec le soutien du président Chalus, c’est un apport non négligeable également. Cela dit, ce sont les Basse-Terriens qui votent et, sur ce plan, les contributions des partisans de Sonia Petro et de Brigitte Rodes peuvent faire la différence. Il faut aussi tenir compte des 5 465 électeurs (58,78 %) qui ne se sont pas déplacés le 15 mars 2020.
Résultats du 1er tour
 
• Gourbeyre.  Le maire sortant, Luc Adémar, est arrivé en tête au premier tour, affiche une situation particulière : Ary Chalus est aux côtés de Luc Adémar, alors que GUSR soutient Claude Edmond. Ce dernier ayant fait alliance avec Leïli d’Alexis, investi par GUSR au premier tour, ce soutien est donc logique. Mais ce qui surprend, c’est sans doute le soutien du président à l’adversaire du poulain de son premier vice-président. Pouvait-il en faire autrement ? Sans doute. En ne prenant pas position par exemple… Mais cela aurait été un choix risqué, dans la mesure où ce serait laisser au PS et au clan Lurel la possibilité de gagner une commune, sachant que dès le premier tour les Socialistes ont apporté leur soutien à Claude Edmond. C’est un des paradoxes de cette élection à Gourbeyre : le PS et GUSR sont derrière la même liste contre le candidat soutenu par le président Chalus. Si Leïli d’Alexis s’était contenté simplement de faire alliance avec Josy Jouyet et de se maintenir, les choses auraient sans doute été plus simples pour Guy Losbar. Mais les deux élus dissidents de la majorité d’Adémar ont visiblement fait le choix de l’intérêt général : donner une nouvelle impulsion à leur commune, en se plaçant derrière un homme neuf.
Résultats du 1er tour
 
• Capesterre Belle-Eau est au cœur d’une belle bataille entre le maire sortant, Joël Beaugendre, son adversaire de toujours, Hugues Philippe Ramdini, et le candidat de GUSR, Jean-Philippe Courtois. Le parti de Guy Losbar rêve de ravir cette mairie afin d’asseoir sa position dans le Sud Basse-Terre, après la victoire de Jean-louis Francisque à Trois-Rivières et les perspectives intéressantes qu’offrent certaines communes.
Cela dit, contrairement à ses adversaires Jean-Philippe Courtois n’a reçu le soutien d’aucune tête de liste. Hugues Philippe Ramdini a reçu ceux de Camille Edouard et Marie-Christine Myre Quidal, tandis que Joël Beaugendre, celui d’Yvette Moutama. En revanche, il a reçu un soutien, qui a fait couler suffisamment d’encre en la personne de René Maurice-Péroumal, candidat sur la liste de Hugues Ramdini au premier tour et toujours en lice pour le second tour.
Résultats du 1er tour
 
• Vieux-Habitants. Beau duel en perspective entre le Socialiste Jules Otto et le maire sortant Aramis Arbau, en ballotage défavorable. Ce dernier a reçu le renfort de son ancien adversaire du premier tour, son adjoint de l’équipe sortante, Gaston Géran. Ensemble, ils comptent bien empêcher le retour des Socialistes à la tête de la commune du sénateur Victorin Lurel, que le président Chalus, veut éliminer complètement et définitivement de l’échiquier politique local. C’est dire l’importance de ce scrutin de Vieux-Habitants, où les scores ont toujours été très serrés entre le clan Arbau et le clan Lurel.
Résultats du 1er tour
 
• Baillif. Belle bagarre aussi entre le maire sortant, la Socialiste Marie-Yveline Ponchateau, et la conseillère régionale investie par GUSR, Sylvie Gustave-dit-Duflo. Elles focaliseront l’attention sous le regard de l’ancien maire, Marie-Lucile Breslau (2001-2014), qui veut reprendre son fauteuil. Arrivée en tête au premier tour, Marie-Yveline Ponchateau espère entamer une deuxième mandature pour poursuivre le travail de redressement des finances de la commune, selon sa méthode.
Résultats du 1er tour
 
• Vieux-Fort offre quant à elle un duel dont l’issue est plus qu’incertaine. Le maire apparenté socialiste, Roland Plantier, est arrivé en tête avec 38 voix de plus de son adversaire historique Héric André. L’ancien maire, Nérée Bourgeois, qui lui avait cédé sa place, est revenu dans la bataille. Qualifié avec 22,85 % des voix, il avait la possibilité de se maintenir mais il a préféré se retirer en faveur d’Héric André avec lequel il a réalisé une fusion, même si c’est a minima. Du coup, la majorité sortante peut être en difficulté. Au premier tour, 75,25 % des électeurs inscrits s’étaient rendus aux urnes.
Résultats du 1er tour
 
• Terre-de-Bas. Le maire apparenté socialiste, Emmanuel Duval, est en ballotage défavorable. Il a été devancé par son adjointe dissidente, Rolande Nadille-Vala, qui reçu le soutien de GUSR. Arrivé en 3e position, son adversaire, Monique Brudey-Beaujour, déjà présente en 2014, s’est retirée bien qu’ayant la possibilité de se maintenir. Ainsi, elle offre à Rolande Nadille-Vala, une belle chance de s’imposer et de faire perdre les Socialistes.
Résultats du 1er tour
 
• Terre-de-Haut. Le premier secrétaire du PS, Hilaire Brudey, est sorti en tête au premier tour, à 42 voix d’une victoire au premier tour. Pour le second tour, ses adversaires, Louly Bonbon, le maire sortant, et Ginette Samson, n’ont pas réussi à s’unir, ce qui lui offre une chance supplémentaire de confirmer le résultat du premier tour. D’autant plus que la participation (81,42 %) avait été beaucoup plus forte que sur le reste de l’archipel guadeloupéen.
Résultats du 1er tour
 
• Saint-Louis. Camille Pélage se dépense sans compter depuis plusieurs mois pour décrocher ce fauteuil de maire qu’il convoite depuis 2014. Le conseiller régional investi par GUSR a été devancé au premier tour par François Navis, qui était déjà tête en 2008 mais avait, en 2014, cédé cette position à son colistier de l’époque Camille Pelage et choisi de fermer la liste. Cette année, en l’absence de Jacques Cornano, qui a décidé de ne pas se présenter, les deux hommes s’affrontent. Neuf voix les ont séparé au premier tour : 426 pour Navis, 417 pour Pelage. Mais à Saint-Louis, ce n’est pas un duel qui se joue. Loin de là. Arrivé après ces deux candidats, Liliane Passé-Coutrin, affiche de belles prétentions. Elle a reçu le renfort du conseiller départemental, Marthyr Nagau, 4e. A eux deux, ils comptabilisent 482 voix, ce qui leur permet de rivaliser avec les deux premiers. Sa liste a également fusionné avec celle d’Enor Zigault, arrivé 5e avec 95 voix. De quoi donner à cette alliance de réels espoirs de victoire. Le PS ne s’y est pas trompé. En apportant son soutien à Liliane Passé-Coutrin, il met un obstacle sur le chemin du GUSR mais aussi de François Navis. Celui-ci bénéficie de l’apport de Jean-Luc Nagau, de La France insoumise, qui a terminé 6e du premier tour, mais avec seulement 66 voix. Dans une lutte serrée, ça peut suffire mais il faudra surtout mobiliser les abstentionnistes : 1 146 électeurs (42,35 % des inscrits).
Résultats du 1er tour
 
Capesterre de Marie-Galante est convoitée par trois candidats. Betty Besry, favorite de l’ancien maire Benoût Camboulin (1989-2001), a devancé le maire sortant, Jean-Claude Maës, propulsé au devant la scène, en janvier 2020, par Marlène Miraculeux-Bourgeois (2001-2019), démissionnaire. Celle-ci lasse des invasions de sargasses et encouragée par la perspective d’un poste de député en prévision d’une victoire d’Olivier Serva aux Abymes, avait confié les clés de la mairie à son premier adjoint. Aujourd’hui, elle risque de tout perdre. Son poulain est, en effet, en ballotage défavorable, devancé par Betty Besry, qui a obtenu 265 suffrages de plus, et talonné par Katia Bordin-Manicord (144 voix de moins), qui se présente comme une seule véritable alternative aux électeurs qui souhaitent tourner la page des gestions passées. Autant dire que le résultat de Jean-Claude Maës n’a pas toutes les cartes en main et son espoir réside peut-être dans une mobilisation des abstentionnistes (37,92 %) et une partie des 425 électeurs des trois candidats qui ne sont plus dans la course : Jean-Marc Pasbeau, Catherine Sildillia et Joël Caillon.

MG

Lien :https://www.2020-ruedelamairie.fr/

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant
rechercher un article, une vidéo...