Elections municipales Capesterre Belle-Eau : Courtois, insoumis et prêt


Elections municipales Capesterre Belle-Eau : Courtois, insoumis et prêt

Article
Accueil Télé Gwadloup
 
| Télé Gwadloup | Elections Municipales 2020 | Capesterre Belle eau  Vu 14189 fois
Article N°24242

Elections municipales Capesterre Belle-Eau : Courtois, insoumis et prêt

« Nous devons être des élus insoumis à tout compromis, des élus insoumis à toute pression extérieure, mais aussi insoumis à toute ambition personnelle. Nous devons aujourd’hui réussir Capesterre Belle-Eau pour en faire cette ville nouvelle du bien vivre ensemble, qui soit attractive, forte et dynamique. Nous devons créer les conditions afin de réunir cette famille soudée, pour qu’ensemble, nous partagions cette ambition collective : faire de Capesterre Belle-Eau un territoire qui gagne en tout temps et en tout lieu !
Nous sommes prêts à faire de Capesterre Belle-Eau cette ville nouvelle dans le Sud Basse-Terre, cette ville qui devrait être enviée au-delà de nos limites géographiques. Nous sommes prêts à œuvrer au quotidien afin de restaurer la confiance entre la population et ses élus. Chère population, nous sommes prêts ! Vive Capesterre Belle-Eau ! »



 JOËL BEAUGENDRE : « PAS COMME AU GOSIER »

C’est la conclusion de Jean-Philippe Courtois, en ce vendredi 3 juillet 2020, qui marque sa prise de fonction, en qualité de maire de Capesterre Belle-Eau. C’est aussi la fin de 25 ans de règne de Joël Beaugendre, qui ouvre la séance pour la dernière fois. Doyen des élus municipaux, c’est lui qui est aussi appelé à organiser le premier point de l’ordre du jour : l’élection du nouveau maire. Il doit être accompagné du benjamin de l’assemblée. Or, il se trouve que celui-ci n’est autre que le futur maire. Pas de problème. D’un commun accord, les deux hommes acceptent que ce soit Murielle Dorville, deuxième sur la liste gagnante et affichant le même âge que son leader, qui joue ce rôle. Le déroulé de la passation de pouvoir a été bien préparé entre le nouveau et l’ancien maire. « Pas comme au Gosier », fait remarquer ce dernier. Pas question que les opérations ne se poursuivent pas dans de bonnes conditions entre Capesterriens, entre citoyens intelligents.

BIEN ENTOURÉ POUR UN GRAND MOMENT

Jean-Philippe Courtois est alors élu maire avec 22 suffrages. Il lui manque deux suffrages de son équipe, deux colistiers suffisamment maladroits pour ne pas simplement porter « Jean-Philippe Courtois » sur leur bulletin. De quoi laisser place à des commentaires désagréables. Les huit opposants présents (en l’absence d’Eddy Claude-Maurice qui a disparu depuis la nuit de la défaite) votent blanc.
Ainsi, Jean-Philippe Courtois, seul candidat, peut être ceint de l’écharpe tricolore pour lequel il se bat depuis plusieurs années. C’est à Jean Sélugy, trésorier la Nouvelle énergie capesterrienne (NEC) que revient cet honneur. Ce grand moment se déroule sous les yeux du président de Région, Ary Chalus, et du président de son parti, Guadeloupe unie, solidaire et responsable (GUSR), Guy Losbar, maire de Petit-Bourg. Deux autres maires, venus en voisins, sont également présents : Jean-Louis Francisque (Trois-Rivières) et Ferdy Louisy (Goyave). Avec Petit-Bourg, c’est toute la côte est/sud-est de la Basse-Terre, qui est désormais acquise à GUSR. Plus tard, ils seront rejoints par un autre membre du parti, le député de la première circonscription, Olivier Serva.

HOMMAGE À SON PRÉDÉCESSEUR ET À SES ALLIÉS

Jean-Philippe Courtois est aussi entouré de toute sa famille, de ses amis, des militants de la NEC et d’une partie de la population, qui a pris place très tôt, dans ce gymnase Gérard Marianne, bondé. Tout le monde (ou presque) semble avoir oublié les gestes barrières liés à la crise du coronavirus : de très rares visages masqués, pas de distanciation physique, pas de marque au sol… Bref ! Personne ne s’imagine encore vulnérable au virus. Alors rendez-vous dans 14 jours pour faire le point !
En attendant, tout ce beau monde est suspendu aux lèvres de la star du jour, au moment de son premier discours en qualité de maire. Il commence par rendre hommage à son prédécesseur, Joël Beaugendre, reconnaissant que même s’ils n’ont pas toujours été d’accord sur tout, c’est par amour pour Capesterre-Belle-Eau qu’ils se sont engagés en politique.
Ensuite, Jean-Philippe Courtois prend le temps de remercier tout son bon monde, la NEC et le GUSR bien sûr, mais aussi ses alliés : Caraïbe Ecologie les Verts, de Christian Civilise et Michel Auguste, le Nouveau dynamisme capesterrien, d’Henri Jourson (qui est amené à devenir le directeur de cabinet du nouveau maire) et l’Union des démocrates et indépendants, de Jessica Compper. Il n’oublie pas, bien entendu, ceux qui ont été « de vrais artisans de cette victoire » : Sylvio Soupin et René Maurice-Péroumal, transfuge de dernière minute de l’équipe de Hugues Philippe Ramdini.

LES GRANDES LIGNES DU PROJET

Savoir dire merci est important, mais c’est maintenant que le travail commence. Aussi, consacre-t-il quelques longues minutes pour rappeler les grandes lignes du projet qu’il a développé tout au long de la campagne électorale :
– la problématique de l’eau, « situation abominable » ;
– l’assainissement, « problème majeur » à la base d’un « désastre écologique » ;
– la propreté de la ville et la gestion des déchets, « enjeu sanitaire et écologique et économique » ;
– la modernisation de l’économie pour être prêt au moment de la finalisation du chantier de la ZAC de Fromager ;
– le rendez-vous du numérique et la pause de la fibre optique ;
– le plan Marshall des infrastructures sportives et culturelles, etc.
Tous ces chantiers ne seront pas engagés avant un audit et une expertise de la santé financière de la collectivité.
En attendant, dès la semaine prochaine, Jean-Philippe Courtois donne rendez-vous au personnel afin de lui présenter les orientations de son équipe mais aussi entendre leurs doléances.
« Nous devons travailler main dans la main, dans l’intérêt de Capesterre Belle-Eau ».
Pour cela, il s’est entouré de neuf adjoints issus d’une équipe de 24 élus sur 33 : Patrick Dollin, Henriette Hatchi-Romain, Camille Dognon, Murielle Dorville, Rosan Baltyde, Gisèle Joinville-Monlouis, Stéphane Zamore, Marie-Line Romain-Pétris et Alain Avril.


MG

Lien :www.2020-ruedelamairie.fr

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant
rechercher un article, une vidéo...