Claudien Rébus, merci La Mi !


Claudien Rébus, merci La Mi !

Article
Accueil Télé Gwadloup
 
| Télé Gwadloup | Culture | Divers  Vu 14422 fois
Article N°25123

Claudien Rébus, merci La Mi !

Claudien Rébus nous a quitté.

Son enfance
Claudien Rébus est né le 9 janvier 1953 dans la commune de Pointe-Noire en Guadeloupe. Issu d’une fratrie de 9 frères et 4 sœurs, il a grandi près de la source de la section Morphy.Il est le frère de Philogène Astasie, auteur compositeur et trompettiste du groupe « Typical Combo » et aussi le cousin de José Rébus leader du groupe Puissance 8 lequel écrit le titre le « Téléphone » en 2011. Ce sont de ces 2 grands artistes qu’il puise ses premières inspirations musicales. Son père Stanislas Rébus était instituteur et sa mère Albertine   Astasie était agricultrice.  Toutes ses valeurs lui ont été inculqué par sa mère . Elle lui a donné le goût de la musique et de la couture. Claudien a suivi sa scolarité au Lycée Gerville-Réache à Basse- Terre. Très proche de sa mère, il apprend avec elle, les rudiments de la couture et ouvrira très vite un atelier. Il aime aussi l’art de la coiffure et coiffe souvent les gens de la commune. Passionné par la mode, il décide de se perfectionner. A l’âge de 17 ans, il quitte son île natale, car il a pour projet d’étudier à l’académie de la mode à Paris. Son père ne voyait pas cette situation d’un bon œil, pour lui la mode n’était pas une situation « convenable ».

Arrivée en France.
Malgré tout Claudien arrive à Paris le 11 novembre 1973. A son arrivée en France, les cours ont déjà commencé, il doit donc suivre des cours du soir pour rattraper son retard. En même temps grâce à son BEP de comptabilité, il trouve rapidement un premier emploi chez Rhône Poulenc. La même année, Claudien est très affecté par la disparition de sa fiancée et de sa sœur dans un accident de car en Guadeloupe. En 1973, Claudien est appelé sous les drapeaux à Colmar dans la section des commandos. Dans la région de l’Est,  où il découvre le grand froid. A son retour, il reprend son poste de comptable, mais sur les conseils d’un proche, il passe le concours de la poste et devient facteur. Il occupera cette fonction jusqu’en en avril 2017 sans lâcher pour autant le métier de couturier et la musique.

Un militant engagé dans les causes sociales.
Claudien est un altruiste toujours tourné vers son prochain d’où le choix de son métier de proximité. Eternel optimiste, il fait le bien autour de lui tout en veillant sur sa famille. Passionné de culture et de musique, en 1974, il monte une association de musiciens dans laquelle il sera le trésorier. Au bout d’une année, le projet tourne court et il se retrouve avec des locaux vides. En 1975, il rencontre Gaston Calixte qui lui parle d’un projet pour aider les antillais.
Les 2 hommes prennent conscience des difficultés des compatriotes qui sont arrivés avec le Bumidom. Ensemble ils vont créer une structure pour leur venir en aide. C’est le lancement de la CASE SOCIALE. Claudien apporte son soutien notamment pour les aider à  remplir les dossiers de RMI ainsi que les demandes de logement. L’association interviendra notamment pour aider les sinistrés lors du cyclone HUGO en 1989.

Ses débuts musicaux.
Féru de musique, Claudien devient leader vocal du groupe « les élus caribéens ex-Dolmen ». Le groupe se produit un peu partout en province y compris en Allemagne en compagnie de Diktam, Dominique Gengoul, Priva Régat, Baptiste Lentin, Henry Nanor, Edouard Sabas, Dominique et Jocelyn Cécé .Ensemble, ils font la promotion de la culture antillaise au travers de chants et de danses traditionnelles. En 1991, il décide de mettre entre parenthèses ses activités musicales en raison de la naissance de sa fille Eleeza. En 2006, ayant détecté les qualités vocales de sa fille, et sur les encouragements de son ami le musicien Bod Guibert, il la présente à son ami Jean-Claude Mondésir et Jean-Pierre Zabulon.
C’est le début d’une belle collaboration qui les mènera à la concrétisation de l’album «Je vous aime» sur lequel Claudien exprimera ses talents d’auteurcompositeur et interprète.  L’album est un véritable succès. A l’âge de 14 ans Eleeza, deviendra la plus jeune artiste caraïbéenne. Il suivra avec autant d’attention  la carrière de son fils Deedykow  dont il sera également le manager. C’est à ce moment là qu’il prendra le pseudonyme de R’Majuscule, R pour Rébus. Il restera dans le milieu musical jusqu’en 1988.

Une Energie positive et communicative.
Après 43 ans de bons et loyaux services, fort de toutes ses expériences, Claudien décide de consacrer son temps libre de retraité à la musique et à la revalorisation de sa culture, notamment la langue créole.
En 2020, il sort un très bel album de musiques variées alliant la musique traditionnelle avec d’autres morceaux plus rythmés tels que « Esméralda » ou « Flamber la banane » ou encore sur des rythmes salsa pour « señorita mi Amor » . Il se démarque avec les interprètations des chanteurs actuels avec des sonorités à l’ancienne. En même temps, il se fait le messager de la langue créole, en organisant des dictées en créoles qui rassemblent de plus de participants, avec l’arrivée du premier confinement. Durant la même période, il fait connaissance avec l’équipe d’outremer memory auquel il apporte un soutien considérable. Une belle amitié se noue.
Avec l’aide de ses ancêtres, comme il aimait le dire, il organise des séquences vidéos dans lesquels il reprend des textes en créole ou des poésies créoles, sans oublier de parler des personnages illustres caribéens  ayant marqué notre histoire. C’est un vivier de connaissances.
Il commence aussi à présenter sous la forme de vidéos très courtes (tik-tok) quelques séances de la vie quotidienne avec ses partenaires Loïc Cabrion et Suzy Rayés Gob. On le trouve aussi actif sur tous les supports médiatiques (web radio et réseaux sociaux).
Homme de communication et animateur de radio, Claudien intervient dans plusieurs radios,(KNA Radio et la Radio Aquinoise) en ayant toujours pour objectif la valorisation de la langue créole.
Il avait aussi le projet de produire une pièce de théâtre en créole, malheureusement, il a manqué de temps, pour accomplir l’ensemble de ses projets.
Claudien Rébus est décédé à Paris le 10 avril 2021, mais comme il aimait à dire   « Pa kité kréyol la tombé » !!








 


Chantal Charles Alfred

Lien :outremer mémory

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant
rechercher un article, une vidéo...